10 août 2010

Sablier

Plus d'une semaine que nous sommes rentrés et le rythme est à nouveau différent.
J'apprécie à un point presque exagéré d'être à la maison! Pas de rendez-vous contrainte à part conduire le plus petit au centre de loisirs pour 9h et le récupérer à 17. Juste des plages de temps que je comble de manière plus ou moins utile mais toujours avec joie. Chaque soir je note dans un petit carnet ce que j'ai fait,  lu ou entendu. Je me rends bien compte que ça a un côté "pathologique" de vouloir à tout prix cette satisfaction d'une journée constructive.
La journée peut avoir de multiples facettes : du grand nettoyage du dessus des placards, l'achat d'une nouvelle machine à laver et d'un nouveau frigo, papier peint et peinture pour le palier des chambres en passant par le tri des fournitures, cahiers et bureaux pour la prochaine année scolaire, la lecture de deux romans en même temps, le cinéma, les repas ( et les nouvelles recettes)  impromptus en famille élargie, le réglement des soucis administratifs, la prise de rendez-vous chez opthalmo, coiffeur, podologue et médecin pour les rappels de vaccins pour bien aborder la rentrée. Et j'en passe...

Au fond pour la première fois depuis bien longtemps, j'ai devant moi des heures libres, pleines de tous les possibles. Et je me sens désarmée. Encore une fois je veux les employer au mieux comme si j'allais être notée à la fin du mois d'août. La seule à mettre une note c'est moi!! J'ai besoin d'être satisfaite face à une sorte de devoir accompli de la parfaite ménagère/mère/femme!! Quand je dois gérer les enfants c'est mon excuse face à mon manque d'implication dans une activité qui me serait exclusivement réservée. Et là que j'ai du temps, je le mets toujours à profit pour ceux qui m'entourent  et très peu pour moi.
Quand ils étaient petits j'aspirais que mes enfants grandissent un peu afin de retrouver du temps pour moi. A présent que j'y suis, je ne sais plus comment faire. Qu'en sera-t-il quand ils seront partis de la maison?!
Retrouver un souffle nouveau et personnel face à l'autonomie des enfants. Et l'apprécier. Etre moins dans l'idée de ne vivre que pour eux et par eux.

Julie depuis notre retour vit la nuit et dort le jour! Tout juste est elle opérationnelle pour la famille entre 16 et 20h!
Théo navigue entre ordi, balade en vélo tous les deux jours pour aller nourir le chat de sa tante et dessin. Réviser c'est plus compliqué.
Célia est allée la semaine dernière en centre de loisirs pour ado. Organisé par la ville, le nombre d'activités est impressionnant. En deux jours j'avais amorti le prix d'inscription!! Cette semaine elle est partie camper sur les bords de la mer du Nord. Catamaran, visite du port et activités nature au programme de ces 5 jours.
Vianney aussi est bien occupé au centre de loisirs. Pas besoin de râler pour qu'il aille se coucher!

Alors moi je prends (ou j'apprends?) le temps de vivre en essayant d'accepter le temps qui passe.

Posté par jeolianne à 10:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Sablier

  • Ne rien faire... tout un art qui s'apprend. Et tout apprentissage demande un peu d'effort, il faudra donc te forcer A NE RIEN FAIRE ! Ou alors, réserver tes matinées à brasser et "faire utile", et l'après-midi à te laisser aller. Sieste, farniente dans le jardin avec ou sans livre, larver devant ton ordi ou la télé.. Rien. Je n'ai aucune mauvaise conscience le soir en me couchant de me dire "aaaaah, aujourd'hui je n'ai RIEN fait" si ce n'est la légère panique qui va commencer à s'installer lorsque le compte à rebours de la rentrée va commencer et que je me rendrai compte que je n'aurai, comme chaque année, rien fait de tout ce qui était prévu
    Repose-toi, lâche prise... je t fais confiance ,ça commence à venir !

    Posté par FD, 11 août 2010 à 14:58 | | Répondre
  • j'ai aussi beaucoup de mal à ne rien faire ou à prendre du temps que pour moi

    Posté par eddie, 11 août 2010 à 15:47 | | Répondre
  • Moi je n'ai aucun soucis pour ne rien faire "de constructif" pendant toute une journée ! Comme je suis adepte des choses a moitié faite ayant du mal a finaliser ce que j'entreprend, la au moins je ne reste pas sur un goût d'inachevé
    Comme dans l'histoire de la femme a son mari affalé dans le canapé :
    - tu n'as rien fait hier, tu ne vas pas recommencer aujourd'hui !!!
    - si parce que hier j'ai pas fini !!

    Posté par Martial, 11 août 2010 à 20:38 | | Répondre
  • persévère.... si une petite voix te dit que tu ne prends pas encore assez de temps pour toi... écoute là et tu finiras bien par agir en conséquence...

    Posté par coquillette, 13 août 2010 à 19:37 | | Répondre
Nouveau commentaire